SkandiLit

Scandinavian Literature in Translation || Littérature scandinave en traduction

Gunnar Staalesen : 1999. Le crépuscule

leave a comment »

Le roman de Bergen 3 : 1999. Le crépuscule
Gunnar Staalesen
Gaïa Éditions
ISBN 978-2-84720-107-9 (tome 1)
ISBN 978-2-84720-108-6 (tome 2)
29 janvier 2008
36,95 $ x 2 au Canada

97828472010799782847201086

Au début des années 1960, la disparition de la jeune Veslemøy Heggøy, 11 ans, met en émoi toute la ville de Bergen. S’agit il d’une fugue, ou pire, d’un kidnapping ? Svend Atle Moland et ses nouveaux coéquipiers de la police ne peuvent que constater une profonde évolution de la société, quelque quinze ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Dans cette période turbulente et tourbillonnante, les « enfants de la paix » continuent de remettre peu à peu sur pieds la nation norvégienne. La jeunesse s’exalte sur fond de musique américaine et s’engage pleinement en politique étrangère et intérieure, et aussi dans l’amour libre. Tandis que leurs parents et grands parents finissent par dévoiler des zones d’ombre, des non dits de leur histoire personnelle, avec en filigrane, la mystérieuse affaire du meurtre du consul Frimann.

Gunnar Staalesen poursuit sa fresque de Bergen, émaillée de personnages dont les histoires individuelles finissent par composer la grande Histoire de la Norvège et par là tout un pan de l’humanité. Les années 1960 et 1970 marquent aussi l’ouverture de la Norvège au monde et son inscription singulière dans la construction européenne.

1999 Le crépuscule, tome 1, marque une entrée virevoltante dans la modernité et les progrès qui y sont associés. Mais les fantômes du passé ne sont jamais très loin.


Les Berguénois vivent encore sous le choc du drame off shore de la plate forme pétrolière, l’Alexander Kielland, et du tragique sauvetage qui s’est ensuivi, une funeste nuit de 1980. Ragnar Moland, le « prêtre à vélo », le sait bien, lui qui a accueilli les familles des victimes et les rescapés.

Le tumulte des années 1980 voit les convictions politiques, morales, religieuses de certains, ébranlées et engendre des conflits autour des problèmes liés à l’immigration, à l’IVG, etc.

Le meurtre, en 1983, du Premier ministre suédois, Olof Palme, ne laisse pas la Norvège voisine indifférente.

La manne pétrolière teinte également de couleur argent ces années 1980. Et de nombreuses entreprises cotées en bourse engendrent d’inextricables spéculations menées de main de maître par les yuppies norvégiens.

Et l’on voit apparaître, comme un clin d’oeil, un certain détective privé nommé Varg Veum… qui ne sera peut être pas pour rien dans la résolution finale du meurtre du consul Frimann.

Gunnar Staalesen dresse le portrait de descendants des premiers protagonistes, qui vont choisir à un moment donné leur propre destin. Quant aux témoins muets du passé, ils œuvrent aux côtés des vivants pour que les mystères non élucidés trouvent enfin le chemin de la lumière.

Cet ultime tome du Roman de Bergen achève avec brio une magnifique saga qui aura brassé un siècle de passions humaines et qui nous rend à jamais citoyen de Bergen.

Written by Thomas

2008-12-28 at 17:05

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: