SkandiLit

Scandinavian Literature in Translation || Littérature scandinave en traduction

Erlend Loe : Volvo Trucks

with one comment

Prochainement en format poche :

Volvo Trucks
Erlend Loe
10/18, « Domaine étranger »
ISBN 978-2-264-04716-8
2 février 2010
15,50 $ au Canada

Où l’on retrouve Andreas Doppler, arpentant cette fois les forêts suédoises et toujours escorté de son fils Gregus et de l’élan Bongo. Il croise sur sa route Maj Britt, avatar de Tatie Danielle, âgée de 92 ans, qui s’est vu retirer le droit d’élever des oiseaux car elle avait sectionné le bec de ses perruches, le trouvant anormal. Depuis, elle noie sa rage dans les vapeurs de haschich en écoutant Bob Marley. Non sans avoir abusé de son corps avantageux, elle va soudoyer Doppler de deux manières. D’abord en se vengeant de Volvo Trucks qui n’a jamais reconnu à son défunt mari mort de chagrin la paternité de l’amélioration du Globetrotter, un camion qui a révolutionné l’histoire du poids lourd. Ensuite en l’instrumentalisant pour réserver une bonne farce à von Borring, son rival et voisin, fondu de scoutisme et d’oiseaux dont il imite peu ou prou le mode de vie. Mais on ne piège pas aussi facilement un adepte de Baden-Powell ! Le louveteau vieillissant sent qu’il a affaire à un homme égaré, en quête de sens. Il propose un marché à Doppler : le ramener dans le droit chemin grâce aux vertus du scoutisme. Doppler choisira-t-il la vie illicite et licencieuse que lui offre Maj Britt, ou le quotidien militaire et sain de von Borring ? Un choix d’autant plus cornélien qu’il est seul face à son destin : cela fait lurette que Bongo et Gregus, lassés de ses frasques, ont mis les voiles. Andreas Doppler va devoir se faire une raison.

Les amoureux d’Erlend Loe encore une fois ne seront pas déçus. Puisque les situations toujours aussi rocambolesques, loufoques et hilarantes sont au rendez-vous de ce sixième roman d’Erlend Loe, le cinquième publié en français. Mais comme d’habitude, la façade comique cache une critique acerbe de nos modes de vie occidentaux. Après le néo-libéralisme dans Doppler, Erlend Loe s’attaque de front à la société de classe. Dans l’opposition entre Maj Britt d’une part, von Borring et Volvo de l’autre, se lit le combat de la classe ouvrière contre la haute société, qu’elle soit bourgeoise ou économique. Quel bilan tire-t-on de son existence quand on a tout du long été dominé, écrasé par plus fort que soi ? Comment répliquer à cet aplatissement insupportable ? On peut, comme Maj Britt, mener la vie impossible aux autres, se révolter, décider de rester dans la marge. Mais ça veut dire quoi, être marginal ? Car au fait : il n’y a pas d’âge pour un(e) original(e). Ça commence même à 92 ans, et ça commence surtout maintenant, pour tous les apprentis rebelles en manque de vade-mecum : en lisant Volvo Trucks.

Written by Thomas

2009-12-14 at 11:41

One Response

Subscribe to comments with RSS.

  1. Audacieux et délirant, un livre à lire pour se détendre, ou rire.

    BillyQ

    2010-09-01 at 09:15


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: