SkandiLit

Scandinavian Literature in Translation || Littérature scandinave en traduction

Archive for the ‘klassisk’ Category

Henrik Ibsen : Rosmersholm

leave a comment »

Rosmersholm : drame en quatre actes
Henrik Ibsen
Actes Sud, « Papiers »
ISBN 978-2-7427-8740-1
19 janvier 2010
22,95 $ au Canada

Rosmer, veuf depuis un an, a cessé ses fonctions de pasteur et s’est retiré dans le domaine familial : Rosmersholm. Rebekka, l’amie fidèle de son épouse disparue, vit toujours sous son toit, sans statut précis. Eprise d’idées progressistes, elle cherche à redonner confiance à Rosmer afin qu’il sorte de ce cadre conservateur. En quête d’affirmation de soi, il aspire à une vie nouvelle, mais ce lieu mortifère et des révélations sur le suicide de sa femme vont vite peser sur cette illusion.

Written by Thomas

2009-12-14 at 00:06

Henrik Ibsen : Une maison de poupée

leave a comment »

Nouvelle édition :

Une maison de poupée
Henrik Ibsen
Actes Sud, « Papiers »
ISBN 978-2-7427-8739-5
19 janvier 2010
24,50 $ au Canada

« Je ne peux plus me contenter de ce que les gens disent ni de ce qu’il y a dans les livres. Je dois penser par moi-même et tâcher d’y voir clair », dit Nora, avant de prendre la porte. Celle qui semblait avoir tout misé sur le compromis tourne le dos à la mascarade de sa vie conjugale. Pour mieux renaître à elle-même, peut-être. Cette porte qui claque à la fin du drame fit scandale à l’époque et continue, aujourd’hui encore, de résonner à nos consciences.

Cette nouvelle traduction, au plus près de l’original, tente de ressaisir ce que fut l’apport rythmique d’Ibsen au théâtre : une écriture laconique, économe et précise, agencée comme un théorème.

Written by Thomas

2009-12-14 at 00:00

Karl Jónsson : Saga de Sverrir

leave a comment »

Saga de Sverrir
Karl Jónsson
Belles Lettres, « Classiques du Nord »
ISBN 978-2-251-07114-5
11 janvier 2010
49,95 $ au Canada

La Saga de Sverrir appartient au genre de la saga royale, c’est-à-dire au grand groupe de biographies de souverains norvégiens ou danois dont les Islandais se firent une spécialité au Moyen Âge. La Saga de Sverrir est à bien des égards une des plus remarquables. Elle est longue et riche, et l’auteur est très proche des événements décrits, ce qui lui permet d’en faire un récit exceptionnellement détaillé. Il a eu accès à de nombreux témoins directs des faits, le plus important étant le protagoniste principal de la saga, le roi Sverrir luimême, mort en 1202, qui semble en avoir dicté au moins la première partie.

Ce personnage est des plus intéressants. Originaire des îles Féroés, il est le fils d’un artisan et devient prêtre. Cependant, sa mère lui aurait avoué, alors qu’il était déjà adulte, qu’il était en réalité le fils naturel d’un défunt roi de Norvège. À la faveur d’une crise dynastique dans le pays, Sverrir trouve des soutiens pour le réclamer sur le trône, mais il doit combattre l’armée du roi Magnús, qui lui-même n’est que petit-fils de roi par sa mère, mais qui jouit de la bénédiction de l’Église. Le récit, dont l’auteur supposé, Karl Jónsson, était abbé d’un monastère dans le nord de l’Islande, est vif et enlevé. Le portrait du roi Sverrir est saisissant et les discours de celui-ci, dont de très nombreux sont rapportés en détail dans le texte, sont une mine de renseignements sur les attitudes, les valeurs et la vision du monde de l’aristocratie nordique dans la seconde moitié du XIIe siècle. Bien que le roi ait la sympathie de l’auteur, celui-ci n’en demeure pas moins conscient de l’ambiguïté de la position de celui-ci, ce qui rend l’histoire de ce roi qui fut peut-être un imposteur d’autant plus passionnante.

Written by Thomas

2009-12-13 at 23:44

Selma Lagerlöf: The Saga of Gösta Berling

with 4 comments

The Saga of Gösta Berling
Selma Lagerlöf
Penguin
ISBN 978-0-14-310590-9
29 September 2009
$20.00 in Canada

Selma Lagerlöf was the first woman to win the Nobel Prize in Literature. She assured her place in Swedish letters with this sweeping historical epic, her first and best-loved novel, and the basis for the 1924 silent film of the same name that launched Greta Garbo to stardom. Set in 1820s Sweden, it tells the story of a defrocked minister named Gösta Berling.

Written by Thomas

2009-11-23 at 23:15

Torborg Nedreaas : Musique d’un puits bleu

leave a comment »

Musique d’un puits bleu
Torborg Nedreaas
Cambourakis, « Litteratur »
ISBN 978-2-916589-42-8
19 octobre 2009
36,95 $ au Canada

9782916589428

Publié en 1960, Musique d’un puits bleu évoque avec une sensibilité extrême le destin de la petite Herdis, une enfant de dix ou onze ans, dont la vie va être bouleversée par le divorce de ses parents. Bien d’autres éléments bousculent par ailleurs l’univers de cette petite fille qui grandit à Bergen : la première guerre mondiale éclate, appauvrit le peuple, et attise les rancoeurs sociales, si bien que les origines allemandes de la famille deviennent soudain problématiques.

Face à la complexité du monde des adultes, cruel et plein de faux semblants, Herdis trouve en elle des ressources protectrices : farouche et déterminée, elle tient tête à son père et sa mère, s’abandonnant secrètement à la douceur de ses rêves. Musique et poésie sont les clés d’un rapport magique à l’existence qui lui permet de résister à la violence extérieure.

Le traducteur, Régis Boyer, compare Nedreaas à la Colette du Blé en herbe  : précise, sensuelle, d’une grande puissance d’évocation, son écriture est délicieusement envoûtante. Le personnage de Herdis apparaît dans trois autres des livres de Nedreaas, dont deux recueils de nouvelles. Les chapitres de Musique d’un puits bleu ont d’ailleurs tous leur force propre, et pourraient souvent fonctionner comme des nouvelles indépendantes. L’ensemble constitue un roman à la temporalité singulière, qui épouse le rythme intérieur de la petite Herdis, héroïne attachante et inoubliable.

Après Musique d’un puits bleu, les éditions Cambourakis poursuivront la publication des romans et nouvelles de Nedreaas.

Written by Thomas

2009-09-20 at 22:31

Stig Dagerman : L’île des condamnés

leave a comment »

L’île des condamnés
Stig Dagerman
Agone
ISBN 978-2-7489-0110-8
19 octobre 2009
42,95 $ au Canada

9782748901108

Il s’ensuivit sur l’île un moment de confuse espérance. Une fois encore, chacun découvrait en tremblant qu’il vivait, le froid mortel de la nuit avait enfin cédé, une douce chaleur pénétrait leurs membres à tous ; soudain quelqu’un crut entendre un oiseau chanter, alors ils se levèrent timidement en silence et se regardèrent désemparés, c’était un peu comme plonger dans une eau inconnue – mais rien encore ne se produisit.

Le feu brûlait sur le rivage, les branches humides qu’ils arrachaient et jetaient par-dessus la falaise donnaient une fumée tranquille qui montait toujours droite et leur picotait les yeux, elles chauffaient très mal, mais maintenant ils n’avaient plus rien ni à cuire ni à rôtir. Ils entretenaient le feu comme un symbole d’espoir qui montait vers le ciel et que rien ne pouvait arrêter.

Written by Thomas

2009-09-15 at 11:25

Stig Dagerman : La dictature du chagrin, et autres écrits amers

leave a comment »

La dictature du chagrin, et autres écrits amers
Stig Dagerman
Agone
ISBN 978-2-7489-0109-2
19 octobre 2009
32,95 $ au Canada

9782748901092

La contrebasse ou bien la flûte, chacun dispose d’un instrument avec lequel il pense pouvoir faire l’expérience de la liberté.

Il était une fois un homme qui possédait une contrebasse. Le soir, il s’enfermait dans l’unique pièce de son appartement et jouait pour lui-même, loin de sa jeune épouse. Il finit par savoir jouer assez bien pour devenir membre d’un orchestre de danse. Peu à peu, il devint tout à fait évident qu’il possédait l’étoffe d’un bassiste éminent. Bientôt il s’enferma à clé le matin et le soir.

Mais il arriva un jour que le couple eut un enfant, un garçon. Au début, tout fut à peu près comme d’habitude : le père jouait, le fils pleurait et la mère ne disait rien. Mais le père finit par remarquer que l’enfant n’aimait pas cet instrument. Peu à peu le père se mit lui aussi à prendre en grippe les contrebasses. Il se mit à jouer de plus en plus mal, et ses camarades lui dirent ce qu’il en était.

– Le petit d’abord, répondit-il.

Written by Thomas

2009-09-15 at 11:20