SkandiLit

Scandinavian Literature in Translation || Littérature scandinave en traduction

Posts Tagged ‘martine desbureaux

Kerstin Thorvall : Les années d’ombre

leave a comment »

Trilogie de Signe 2 : Les années d’ombre
Kerstin Thorvall
Serpent à plumes, « Domaine étranger »
ISBN 978-2-268-06324-9
6 novembre 2007
36,50 $ au Canada

9782268063249

Jeudi 19 novembre 1936. Sigfrid vient de succomber à une crise cardiaque. Pour la petite Signe, le choc du deuil recèle un autre désespoir : elle sera désormais privée de tout ce qui dans sa vie était tendre et spontané –à commencer par le petit chiot que son père lui avait promis pour Noël. Quant à Hilma, veuve à trente-cinq ans, elle se retrouve seule pour élever sa fillette de onze ans, mais c’est aussi la fin du calvaire conjugal. Elle déménage et reprend son métier d’institutrice, conquiert peu à peu son indépendance – « sans homme, sans plus jamais d’homme ». Signe, elle, va vivre la puberté dans un carcan. Aux yeux d’Hilma, avec l’éveil sexuel de sa fille se profile la menace de l’atavisme paternel. En écho à l’inquiétude de sa mère, Signe, enfant trop solitaire, vit la métamorphose de son propre corps comme une angoisse de plus. Et en contrepoint de ces années d’ombre intérieure pèse l’ombre que la Seconde Guerre mondiale étend jusque sur la Suède, malgré sa neutralité. Mais il y a en Signe une force, un indomptable appétit de vivre. Depuis son plus jeune âge, elle se réfugie dans la lecture et dans le dessin. Son passe-temps favori : confectionner une garde-robe à des poupées de papier qu’elle met en scène dans de romanesques histoires d’amour. Au grand dam de sa mère, sa vocation est inébranlable : elle sera dessinatrice de mode.

Le 7 mai 1945 résonne le cri de joie et de libération : « C’est la paix ! C’est la paix ! » Quelque mois plus tard, Signe âgée de vingt ans s’apprête à entrer dans la célèbre école de dessin Anders Beckman à Stockholm, où elle rencontre le beau Lars-Ivar, artiste comme elle, athée et socialiste « comme papa ». Hilma reçoit la nouvelle comme un coup fatal. Elle a perdu la bataille : par-delà la mort, en sa fille, c’est le père qui a triomphé. Mais pour Signe, la vie commence.

Advertisements

Written by Thomas

2008-12-28 at 20:00

Kerstin Thorvall : Le sacrifice d’Hilma

leave a comment »

Trilogie de Signe 1 : Le sacrifice d’Hilma
Kerstin Thorvall
Serpent à plumes, « Domaine étranger »
ISBN 978-2-268-06156-6
20 mars 2007
36,50 $ au Canada

9782268061566

Tärnaby, Lappland, 1931. Hilma est une jeune institutrice issue d’une famille d’ouvriers du nord de la Suède. Sigfrid Tornvall, un jeune maître auxiliaire fringant, originaire du sud, lui fait une cour étourdissante au cours d’une gentille réception au presbytère. La naïve et pure Hilma ne résiste pas aux attentions de ce beau galant, plus âgé qu’elle, issu d’un autre monde que le sien. Sans maîtriser ce qui lui arrive, elle accepte sa demande en mariage. Hilma rencontre alors les Tornvall : famille de pasteurs aisée d’une bonté condescendante. L’exubérance et les propos gauchistes de Sigfrid scandalisent, en revanche, la famille de Hilma. Ces simples bûcherons se demandent pourquoi ce bourgeois s’est mis en tête d’épouser leur fille. Et ces bouquets, ces lettres, ces baisers déplacés : quel scandale dans cette famille puritaine ! Mais la décision des jeunes fiancés est prise. Tout va alors très vite, trop vite : tout est organisé par la famille Tornvall qui couve la jeune Hilma, décide pour elle, monte son ménage, la pare pour ce mariage vers lequel elle se dirige tel l’agneau du sacrifice. Une cérémonie et un repas bâclés font place à une horrible nuit de noces. Viol, sang, cris révèlent un Sigfrid déséquilibré, véritable maniaque sexuel que l’on interne d’urgence en hôpital psychiatrique.

Trahie, prise au piège, Hilma décide néanmoins de demeurer auprès de Sigfrid et souffre en silence. À la nouvelle de sa grossesse, sa belle-famille veut la contraindre à avorter, mais Hilma s’enfuit et fait une fausse-couche. À son retour, Sigfrid se montre très attentionné, mais Hilma ne cesse d’être persécutée par les Tornvall, qui lui imposent une stérilisation après la naissance de leur enfant. Redoutant sans cesse de nouvelles crises de son mari, Hilma souffre de son appétit sexuel et de son attitude incestueuse envers leur fille. Seule la mort de Sigfrid pourra mettre un terme à ce cauchemar.

Roman social opposant le sort des petites gens à l’establishment suédois des années 30, Le sacrifice d’Hilma est avant tout une étude psychologique acerbe et tendrement ironique. Une sensibilité hors du commun.

Written by Thomas

2008-12-28 at 19:50